lesportionsbitumees1.jpg

Les portions bitumées regroupe des textes et photos prises chez mes grands-parents paternels entre 2013 et 2019.​

lesportionsbitumees6.jpg

L'ensemble a donné lieu à un recueil de 100 pages publié aux Éditions du Petit Pavé. Si vous êtes intéressé pour vous procurer un exemplaire (10€), vous pouvez m'envoyer un email.

les portions bitumées

Du plus loin que je me souvienne, il y avait des tourterelles sous l’escalier, des petits œufs sous le toit du moulin, une selle de vélo plantée dans la pelouse et un flipper dans l’armoire à Jacky.

lesportionsbitumees2.jpg
07032018-DSCF8318-3.jpg
lesportionsbitumees3.jpg

Note d'intention

 

Juste à côté, c’est pépère Hubert. Celui qu’on a tous connu. Il pose rapidement, avec sa fausse fierté maline, face à l’entrée de son fief, au sous-sol de la maison. Derrière lui, l’AX qu’il conduit encore du tiercé de Martigné au marché de Vihiers. On est le 7 mars 2018. Cette image est la dernière d’un grand-père immuable, que je n’ai jamais vu vieillir. Le lendemain, pépère fait un malaise. Les semaines qui suivront ne seront qu’examens, allers-retours aux hopitaux de Doué, Angers, Saumur, infirmières à domicile, rapidement un diagnostic : cancer, et une échéance : un an. En mai, on savait que pépère vivait certainement son dernier printemps.

Sa famille, ses proches l’ont vu faiblir, maigrir, perdre l’appétit, la conversation. On a vu mémère craindre, fléchir, faire des choix pour son mari et pour elle, j’ai vu mon père faire face démuni aux questions des médecins, aux démarches administratives, et j’ai senti la fin de tout ça arriver. La fin d’un cycle, celui de nos enfances, celui du 4 rue du gué, ce lieu de ralliement qu'on ne pensait jamais quitter.

 

J’ai voulu exhumer les photos que je prenais depuis des années, des chambres au poulailler, du jardin au trou, et en prendre d’autres. J’ai pris des notes, exploré celles de pépère, je me suis plongé dans les boîtes à images de mémère. Pour garder des traces de ces recoins et des grands souvenirs qui s’y attachent, des bribes encore tangibles de ces dimanches passés entre cousins, de ces fêtes de famille, de ces trente ans de pêche, de rosé et de palet ensemble, au grand complet.